www.griote.tv

BÉNIN : UNE ÉTUDIANTE VIOLÉE PAR DEUX HOMMES ALORS QU’ELLE ÉTAIT ENCORE VIERGE

La jeune dame de 20 ans encore sous le choc préservait jalousement sa virginité, elle lui a été volée par deux individus.

La victime raconte avoir subi un  viol collectif non loin du Collège d’Enseignement Général Kansounkpa à Abomey-calavi dans le sud du Bénin. Ses propos ont été recueillis par l’ONG Famille Nutrition et développement.

Ce viol collectif remonte au samedi 10 juillet, alors que la victime de retour d’une visite chez sa tante  aux environs de 17 h, est accostée par deux individus.

«Non loin du CEG KANSOUNKPA, la voie était déserte. J’ai rencontré un jeune homme d’environ 22ans, d’une apparence bizarre qui m’avait effrayé. Il avait l’air d’un  délinquant. Il s’est arrêté brusquement devant moi et a posé sa main sur mon épaule. J’ai voulu le repousser et continuer mon chemin quand un autre jeune homme âgé de 23 ans environ avec la même apparence s’est pointé devant moi avec un coupe-coupe en main.».

Prise de panique, l’étudiant va obtempérer. Elle sera ainsi trainée dans la brousse.

 «J’essayais de me défendre quand l’un d’entre eux a sorti de sa poche la pommade vitago et me l’a passé sur les yeux. Ça me brulait et je ne pouvais plus les ouvrir. Je voulais crier quand le second s’est mis à me donner des coups de poing au bras, au dos et sur les cuisses pour me maitriser. Je n’avais plus de force.».

Une fois dans un endroit isolé, les deux hommes vont dénuder leur victime avant de passer à l’acte.

«Les deux ont successivement abusé de moi en me volant ainsi ma virginité. Le premier avant l’acte avait passé la pommade vitago sur son sexe avant de passer à l’acte. Après leur forfait, ils m’ont mis quelque chose comme du sel dans la bouche et m’ont dit que j’allais mourir si jamais je parlais de ce qui  vient de se passer entre nous quelque part.».

Elle sera donc sauver de justesse, un autre cas que signale Myrriam Héléna Capo-Chichi Choubade, la présidente de l’ONG Famille Nutrition et Développement.  Elle rappelle que sur le même tronçon du collège Kansoukpa, une élève de 12 ans a été victime de viol au mois de mai dernier.

Un signal d’alerte envoyé aux autorités de l’arrondissement central de la commune d’Abomey-Calavi afin de protéger les filles et les femmes.

Chantal Mveng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment

  1. La virginité d’une fille est sacré et elle a le droit de la donner à qui elle veut au moment voulu. Que les autorités et tous les acteurs à divers niveaux en général et de ce arrondissement en particulier prennent des mesures idoines et urgentes pour mettre fin aux actes de ses malfaiteurs.

    ❌❌Stop aux VFF❌❌

error: Content is protected !!
Top