EN RDC 4 FEMMES MEURENT CHAQUE HEURE DES SUITES DE COMPLICATION D’UNE GROSSESSE, LA PREMIERE DAME SE PROPOSE D’Y REMÉDIER

Le combat que porte Denise Nyakeru Tshisekedi la Première Dame de la République Démocratique du Congo est de réduire ces chiffres, en accélérant les progrès sur la prise en charge de la santé maternelle et néonatale. 

C’est la raison pour laquelle elle a initié du 26 au 28 mars, le forum des femmes leaders sur la santé maternelle, néonatale et l’autonomisation de la femme, afin de palier les mortalités maternelles et néonatales sur fond d’inégalités de genre.

www.griote.tv

Des chiffres qui interpellent …

Les données du rapport des décès maternels et de riposte font que la République Démocratique du Congo est classée parmi les 9 pays au monde contribuant à 50% au taux de mortalité maternelle. La RDC est par ailleurs parmi les 5 pays qui contribuent à 49% au décès des enfants de moins de 5 ans, une situation qui motive le forum qui s’est tenu dans le pays à l’initiative de la première Dame Denise Nyakeru Tshisekedi.

Il s’agit d’un pavé jeté dans la marre, afin que les spécialistes se penchent sur les questions liées à la couverture santé universelle et « l’opérationnalisation de la gratuité de la maternité et des soins du nouveau-né, afin de réduire le taux de mortalité maternelle à moins de 140/100 000 naissances vivantes« , informe le communiqué de presse y afférent.

Dans cet élan, des rencontres communautaires dénommées « bomoto ya Muasi seront organisées en vue de la sensibilisation de proximité pour mettre en œuvre le programme d’action de la conférence internationale sur la population et le développement tenu pour la première fois en 1994 au Caire en Égypte. L’initiative s’inscrit également en droite ligne avec la vision « Une Afrique développée avec des enfants, des jeunes et des femmes en bonne santé. Et autonomes » de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le Développement (OPDAD).

L’idée derrière le forum des femmes leaders sur la santé maternelle, néonatale et l’autonomisation de la femme est donc de bloquer la voie aux causes médicales et aux barrières socio-culturelles qui exacerbent les décès maternels et néonatals.

www.griote.tv

Avant de consulter un médecin, les femmes ont besoin de l’autorisation de l’époux ou de la famille !

Selon le communiqué de presse informant sur l’ouverture du forum, à côté des causes médicales, les causes socio-culturelles sont connues dans le pays et seraient à la base du phénomène.

 » En dehors des causes médicales, les normes socio-culturelles et d’autres déterminants sont à la base de cette forte mortalité. Il s’agit entre autre de l’inégalité de genre. Du faible pouvoir décisionnel de la femme en ce qui concerne sa santé se sentant obligés d’avoir l’autorisation de son mari et ou des membres de la famille de son époux avant de consulter une formation sanitaire ( c’est le cas de 43,3 % du total des femmes décédées en 2020). »,

indique le communiqué. La défense des droits des femmes et des filles est donc au coeur du projet. En plus des spécialistes de la médecine et des sciences humaines, les spécialistes du droit étaient au rendez-vous pour demontrer les répercussions de l’inégalité de genre sur la santé des femmes et même des enfants à qui elles donnent naissance.

Aussi, la promotrice de l’événement précise que la situation concerne tout le pays car, nécessaire pour la santé et le développement des familles qui y vivent, d’où l’importance de l’implication de tous dans la protection de la santé maternelle et infantile. « Chaque décès maternel ou néonatal est une tragédie qui pourrait être prévenue grâce à un engagement ferme en faveur de la santé maternelle et infantile« , a rappelé l’épouse du chef de l’Etat congolais à l’occasion du lancement des activités de cette concertation.

Le forum des femmes leaders sur les causes liées à la mortalité maternelle et néonatale était placé sous le thème  » Les femmes s’engagent pour accélérer les progrès en faveur de la réduction des décès maternels et néonatals évitables pour le développement durable et équitable de la RDC « . En partenariat avec le gouvernement et d’autres institutions comme l’organisation des premières Dames d’Afrique pour le développement dont l’initiatrice est membre dirigeante, le forum se propose d’être là tribune des femmes pour tous les problèmes liés aux mortalités maternelles et néonatales, mais aussi sur les questions des droits des filles et des femmes.

Chanelle NDENGBE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Top