www.griote.tv

AFFAIRE LYDIENNE SOLANGE TABA : LA FAMILLE INSATISFAITE DES DIX ANS DE PRISON QU’ECOPE L’EX SOUS PREFET MEURTRIER DE LEUR FILLE ENCEINTE

Estimant que c’est un double meurtre avec la grossesse que portait Lydienne, la famille trouve insuffisante la peine infligée au mis en cause ce jour au tribunal militaire d’Ebolowa et compte faire appel.

Le verdict est tombé ce matin dans l’affaire Lydienne Solange Taba plus de 3 ans après l’assassinat de la jeune étudiante, âgée de 23 ans au moment des faits. Le tribunal condamne Franck Derlin Eyono Ebanga à 10 ans d’emprisonnement et à payer une amende de 45 millions de francs CFA pour le meurtre de sa petite amie Lydienne Solange Taba. Considérant, les circonstances dans lesquelles elle a été assassinée, notamment l’état de grossesse dans lequel elle était, la famille n’applaudit pas le tribunal et compte faire appel pour une sanction plus lourde.

La rédaction Griote tv est jointe à 11h ce jeudi 6 mars 2024 par dame Dilia Nguibonka, tante et tutrice de la victime, qui nous informe sur du verdict prononcé par le tribunal militaire. Les membres de la famille de la regrettée Lydienne ont surtout dit leur insatisfaction par rapport au verdict tombé. Selon eux, le mis en cause mérite une peine plus lourde car, il n’a pas seulement pris la vie de la jeune étudiante avec son arme cette nuit du 25 juillet de l’année 2020. Il avait aussi ôté la vie à l’être qui grandissait en elle. La jeune fille était en effet enceinte de six semaines le jour où elle a été tuée par l’administrateur civil.

Pour la famille de Lydienne, c’est donc une justice partiellement rendue. Le grand-père de la défunte avec qui nous nous sommes entretenus par téléphone veut que la vie de son arrière petit enfant soit considérée.

 « Je suis le grand-père de Lydienne…, maintenant on donne dix ans d’emprisonnement ferme, dix ans seulement avec 45 millions d’amende, alors que ma petite fille portait une grossesse, ils nous prennent pour qui ?»,

s’indigne le grand-père de la défunte. Pour ce grand jour, il était vêtu d’un T-shirt rouge relevant la photo de la jeune femme, en dessous duquel il était écrit « Lydienne Forever ».

Après la reconnaissance de la culpabilité du mis en cause le 3 janvier dernier, sa sentence était tant attendue au sein de l’opinion publique nationale qui avait été choquée par le meurtre de la jeune fille. Le collectif Universal Lawyers for human rights defense dirigée par Me Fousse s’était saisi du dossier et a suivi l’affaire jusqu’à ce jour avec Me Massi sur le terrain. Mais le verdict tombé ce jeudi pourrait ne pas encore être le dénouement de cette affaire déclenchée en 2020 en raison de l’insatisfaction de la famille qui compte faire appel.

www.griote.tv
Me Massi, le grand-père de Lydienne et sa tante

Chronologie des faits

Tout part de la nuit du 25 au 26 juillet 2020, Lydienne Solange Taba, 23 ans enceinte de six semaines, est abattue par son petit ami et auteur de sa grossesse, Franck Derlin Eyono Ebanga, à l’époque sous-préfet de la Lokoundje, dans le département de l’océan région du Sud. La scène se passe au domicile de l’administrateur civil qui avait appelé en urgence la candidate du BTS. Elle venait juste de terminer ses dernières épreuves.

23 août 2020 : le préfet de l’océan annonce que l’affaire est portée au tribunal militaire d’Ebolowa et que le mis en cause est poursuivi par le ministère public.

25 août 2020 : se tient l’inhumation de Lydienne dans son village natal à Lobethal.

3 septembre 2020 : une plainte est déposée au tribunal militaire d’Ebolowa par le collectif des avocats représentant les ayant-droits de Lydienne. Derlin Franck Eyono Ebanga est poursuivi pour « assassinat et violences sur femme enceinte ».

9 septembre 2020 : L’administrateur civil qu’est Franck Derlin Eyono Ebanga n’est plus le sous-préfet de la Lokoundje. Par décret présidentiel lu au journal de 17h sur la chaîne nationale, il est « appelé à d’autres fonctions ».

12 septembre 2020 : Lydienne obtient son BTS à titre posthume.

16 septembre 2020 : l’ex sous-préfet sort de sa cellule, il est présenté au conseil de la famille de la défunte pas convaincue qu’il est détenu.

28 septembre 2020 : le père de la victime Patrice Ebemby Mboma saisit par correspondance le Chef de l’Etat pour dénoncer des irrégularités dans la procédure judiciaire engagée contre l’ancien sous-préfet de la Lokoundje.

2 août 2022 : la première audience dans cette affaire de meurtre se tient au tribunal militaire d’Ebolowa.

6 octobre 2023 : Le père de la victime au micro de Griote pense qu’on verra bientôt le bout du tunnel dans l’affaire, et des déclarations parues plus tôt de Me Oyié, du collectif des avocats représentant Lydienne selon lesquelles l’ex sous-préfet serait en liberté au lieu d’être placé en garde à vue choque l’opinion publique.

3 janvier 2023 : le tribunal militaire d’Ebolowa reconnaît Franck Derlin Eyono Ebanga coupable de l’assassinat de Lydienne Solange Taba et annonce son délibéré pour le 6 mars 2024.

6 mars 2024 : l’ex sous-préfet est condamné à dix ans de prison ferme, et à payer une amende de 45 millions de francs CFA. La famille de la victime trouve la peine insuffisante.

Chanelle NDENGBE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Top