www.griote.tv

VIOLENCE AU LYCÉE D’ÉKITÉ À ÉDÉA: L’ÉLÈVE POIGNARDÉ RECLAMAIT LE TÉLÉPHONE DE SON CAMARADE

C’est une autre scène de violence en milieu scolaire qui s’est produite ce jour au lycée d’Ekité.

Le nommé Kigmou, élève en classe de 2nde au Lycée d’Ekité a failli perdre la vie parce qu’il réclamait le téléphone de son camarade, arraché la veille par son bourreau, le nommé Makon, élève du collège catholique Sainte Odile de la ùêùe ville.

La scène de violence se déroule ce mercredi aux environs de 10h, au sein du lycée d’Ekite à Edéa, dans la sanaga maritime, région du littoral.

En effet, au cours d’une dispute opposant ces deux élèves,  d’établissements scolaires différents, l’un s’est servi d’une arme blanche pour blesser son camarade dans le dos. Le présumé criminel, accusé d’avoir arraché un téléphone la veille, est élève en classe de 4ème au collège catholique sainte Odile d’Ekité. Il s’est rendu au lycée d’Ekité alors que les élèves de la 3ème de cet établissement étaient soumis aux épreuves pratiques du BEPC. Kigmou, l’élève poignardé va le remarquer et lui demander de remettre le téléphone qu’il a arraché la veille. Ce téléphone appartenait à son camarade de classe.

« Hier l’élève qui est venu poignardé a arraché le téléphone d’un élève de la seconde C. La victime a vu. Et aujourd’hui , quand il l’a vu il s’est approché pour demander les comptes. C’est comme ça qu’ils ont commencé à s’échauffer et c’est comme ça que débute une bagarre et le couteau sort. Donc tout part d’un téléphone »,

nous raconte une enseignante qui a vécu la scène.

www.griote.tv

Elle fait savoir qu’aux environs de 10h, lorsque se déroulaient les épreuves pratiques du BEPC, un groupe d’enfants du quartier est venu pour des paris. Ils étaient très bruyants. Face aux bruits insupportables qu’ils émettaient, l’enseignante est sortie de la salle pour interpeller la police de l’école. C’est ainsi qu’elle constate qu’un élève a du sang qui jaillit dans le dos.

« Je revenais de chez le proviseur demander la police pour les chasser. Ils étaient entrain de se disputer. Je n’ai même pas constaté qu’il saignait, c’est quand j’attrape Kigmou puisqu’il est mon élève, je le tiens par la main et le ramène vers moi,  je vois qu’il saigne du dos et la blessure est profonde. Je regarde la main de l’autre et je vois qu’il n’a rien. Le temps que la police arrive, l’élève qui l’a poignardé a fui il était déjà très loin »,

nous fait savoir l’enseignante.

La police s’est mise à sa recherche dans les alentours de l’école et c’est ainsi qu’il est rattrapé. C’est un cas de violence de trop qui inquiète la communauté éducative. Hier c’est un autre élève qui a été poignardé à mort dans la ville de Bafoussam.

Rachèle KANOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Top