www.griote.tv

CRISE ANGLOPHONE: LA SÉNATRICE REGINA MUNDI TOUJOURS EN CAPTIVITÉ

Déjà 17 jours que la sénatrice Régina Mundi est retenue captive par des séparatistes.

Ils réclament la libération de 75 prisonniers incarcérés dans le cadre de la crise anglophone.

Certaines informations font état d’une demande de rançon en plus de la libération des prisonnniers, d’autres sources parlent d’ailleurs d’une promesse de 40 millions fcfa, faite par le premier ministre, mais ceci n’est pas confirmé. En revanche, les ravisseurs menacent de l’exécuter le 20 mai, si leurs exigences ne sont pas respectées.

Les circonstances de son kidnapping

Régina Mundi se rendait à Bamenda pour assister à un enterrement lorsque les séparatistes l’ont enlevée sur la route ainsi que son chauffeur. C’était le 30 avril à Foncia street.

Le 1er mai, dans une vidéo  filmée devant les drapeaux d’Ambazonie et Ambazonia Defense Force, elle lit un message, visiblement sous la contrainte. Dans ce message, elle est accusée de haute trahison et sa libération est conditionnée par l’élargissement de 75 prisonniers anglophones incarcérés dans les géôles du territoire national. Après le délai du 20 mai, les séparatistes menacent de mettre un terme à ses jours.

www.griote.tv
La sénatrice en captivité

Appel à sa libération face au silence du gouvernement

Aucune sortie du gouvernement n’a été enregistrée dans le cadre de l’enlèvement de la sénatrice Mundi, seuls des actes isolés et la voix de l’église ont été entendus.

Dans une interview accordée à nos confrères de camer.be, le Pr Uphie Chindje, la rectrice de l’université de Ngaoundéré demandait sa libération il y a deux jours.

«Il est évident que cette maman est dans une extrême détresse, elle doit vivre une anxiété inimaginable et infernale pour tout être humain dans sa situation ; un rythme cardiaque difficilement soutenable pour son âge. Chacun doit se mettre à sa place, à la place de sa famille, parents amis et connaissances et plaider pour que sa vie soit préservée et qu’elle soit libérée.».

Déclare-t-elle avant de demander aux membres de la diapora d’agir pour la libération de la sénatrice Régina Mundi. «Le financement des sécessionnistes provient d’une frange de la diaspora.», appelant les activistes et leaders sécessionnistes de «revêtir d’un minimum d’humanité et de faire tout leur possible pour la relaxe pure et simple de la sénatrice Regina Mundi. Dans nos coutumes africaines, il est si indécent de réserver de tels traitements à de vieilles personnes.», s’indigne-t-elle.

www.griote.tv

L’église presbytérienne pour sa part a appelé au respect de cette dame de plus de 70 ans, car «en Afrique, nous respectons la maternité parce que lorsque l’enfant pleure, la maman essuie ses larmes, nous respectons les vieux ».

La première sortie pour appeler à la libération a été celle de André Nkea  archevêque de Bamenda. Dans un communiqué datant du 10 mai, il décrivait la sénatrice enlevée comme une  mère et grand-mère, qui  a travaillé pour la cause des femmes rurales, elle était membre de l’église presbytérienne et vivait son veuvage sans déranger personne.

Membre du bureau politique du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), la sénatrice Régina Mundi reste en captivité, elle est la énième femme, qui  fait les frais de la crise anglophone dont le bilan est de  6 000 morts et  1 million de déplacés  selon international Crisis Group. 700 000 enfants ont arrêté l’école du fait de cette crise.

Chantal Mveng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
Top